Faut-il mêler les sous doués aux  élèves normaux dans une même classe

Les élèves dans une classe n’ont toujours pas les mêmes capacités. Cette inégalité au niveau des élèves est parfois sujette à de nombreuses interprétations. Et pour mieux faire, certaines écoles préfèrent faire une scission entre les élèves moins réactifs sur le plan intellectuel et ceux qui ont de meilleurs rendements. Alors, on se demande si ce serait une bonne idée que de procéder à cette séparation. Dans les lignes à suivre, nous vous suggérons un élément de réponse.

Une solution qui s’éloigne de l’idéal

Il est vrai que dans la majorité des cas, les écoles qui décident de séparer les élèves avec de bons rendements aux élèves plus faibles ont recours à cette méthode pour des fins bienveillantes, mais la réalité du terrain prouve que cette solution trouvée n’est point une bonne idée. En effet, d’après une étude menée par Marie Duru-Bellat et Alain Mingat, chercheurs au CNRS et à l'université de Bourgogne, l’homogénéité des classes partant du principe qu’elles sont constituées d’élèves de la même trempe intellectuelle n’est pas en soi une solution. Il empêche les élèves de donner le meilleur d’eux-mêmes et de ce fait, ils évoluent plus lentement dans le rendement scolaire. Les élèves d’une classe d’élèves faible présenteront des résultats toujours moins appréciables et il n’y aura pas de stimulant qui pousse ces élèves à vouloir faire des efforts qui vont au-delà de leur rendement actuel.

Que faire dans ce cas de figure

Les conclusions de l’étude menée par Marie Duru-Bellat et Alain Mingat nous poussent à affirmer qu’il est préférable que les élèves évoluent dans des classes hétérogènes qui mêlent les enfants doués et ceux qui le sont moins. Cette solution permettrait de donner une raison aux élèves de vouloir se surpasser pour atteindre un niveau plus appréciable. Toutefois, certains avis antagonistes prouvent que l’homogénéité des classes est une solution qui permettrait de donner un enseignement ciblé aux enfants.